La simplicité en pleine conscience

Revenir à la simplicité, dans une posture assise, par exemple, c’est l’essence même du yoga. Écouter ce que dit son corps, parfois de manière imperceptible. Ressentir plutôt qu’agir. Rester en silence. Depuis que je suis enceinte, mon corps est différent, je ne pratique plus le yoga comme avant. De nouvelles perspectives s’ouvrent à moi. Et vous? Que choisissez-vous d’explorer en vous alors qu’une nouvelle année débute?

2017-01-26-11-35-56


Les deuxième et troisième degrés des âsanas ne doivent jamais cependant faire abandonner les exercices du premier degré, lesquels sont les plus utiles de tous.
Ce n’est pas parce que vous avez appris à courir que vous devez cesser de marcher…
– Louis-Frédéric Nussbaum –


Je vous souhaite une année 2017 pleine de joie, de rires, de surprises, d’ouverture, de bienveillance, de vie, d’amour, d’engagement, de mouvements tout en lenteur et pleine conscience!

Je vous souhaite de trouver ce que la simplicité signifie pour vous: sentir la chaleur du soleil sur votre peau, une méditation dans la journée, une salutation au soleil quand la maisonnée dort encore, un tendre baiser, deux mains qui se frôlent, le dessin d’une fleur sur votre agenda, une intention pour votre journée, une pensée pour ceux que vous aimez…

Il existe des postures simples en yoga, simples dans le sens où elles ne demandent pas de technicité particulière. En revanche, ce sont des postures qui méritent que l’on s’y attarde, que l’on respire en elles, que l’on prenne le temps de les découvrir…

Padmâsana

En posture assise, je vous invite à pratiquer la posture du lotus, padmâsana. Ou l’une de ses variantes: jambes croisées en tailleur ou mollets et tranches des pieds déposés sur le sol, si vous n’arrivez pas à relever vos pieds à l’intérieur de vos cuisses comme les yogis aguerris. Le principe étant que les genoux se déposent le plus possible sur le sol. Aidez-vous alors d’un zafu (coussin de méditation), ou d’un coussin du canapé, placé sous vos fesses, pour relever votre bassin.

Respirer calmement dans cette posture, les paumes de main au contact des genoux si vous avez besoin de vous recentrer ou tournées vers le ciel si vous vous sentez en connexion avec l’univers, avec les autres, avec tout ce qui vous entoure.

A l’inspiration, grandissez votre colonne vertébrale, laissez-la s’ériger vers le ciel. Votre légèreté vous permet de vous élever.

A l’expiration, sentez le contact du sol, du tapis, de la terre, sous vos fesses. Vos ischions (les os des fesses) sont bien ancrés dans le sol. Votre poids vous permet de vous ancrer.

Nous sommes, entre terre et ciel.

Portez votre attention sur votre respiration. Écoutez le ressac. Vanda Scaravelli, dans l’ouvrage Awakening the spine, parle de vagues. Vous êtes la mer, intacte. Vous êtes. Votre souffle va et vient telles les vagues sur le rivage. Rien ne peut altérer votre calme incommensurable.

Votre pratique, bercée par la respiration en conscience, vous laisse en paix. Le calme gagne votre corps, votre esprit et votre cœur.

Namasté

Un commentaire? ♥ Any comment?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :