La méditation bouddhiste tibétaine (épisode 1/3)

Pour vous éclairer sur la méditation bouddhiste tibétaine, j’ai interviewé les trois instructeurs de méditation de Lerab Ling, ce temple près de Lodève, au nord de Montpellier, où je me « retire » plusieurs jours chaque année. Je remercie chaleureusement Jigmé, Frédéric et Sinsi d’avoir pris le temps de répondre avec enthousiasme à mes questions. Dans ce premier épisode d’une saison qui en comporte trois, je donne la parole à Jigmé, l’un des moines bouddhistes de Lerab Ling.

2015-11-10 13.56.34


La méditation consiste à ramener l’esprit en lui-même, ce qui est tout d’abord accompli par la pratique de l’attention. Un jour, une vieille femme vint voir le Bouddha pour lui demander comment méditer. Il lui conseilla de demeurer attentive à chaque mouvement de ses mains tandis qu’elle tirait l’eau du puits. Il savait qu’elle atteindrait ainsi rapidement l’état de calme vigilant et spacieux qu’est la méditation.

Sogyal Rinpoché, extrait du chapitre 5 du Livre tibétain de la vie et de la mort


Parmi tes différentes tâches à Lerab Ling, tu es instructeur, c’est bien cela? Qui accompagnes-tu au quotidien et depuis combien d’années?

Oui, c’est bien cela, depuis environ 4 ans. J’accompagne des personnes de tous horizons qui viennent à Lerab Ling en retraite personnelle pour prendre une pause, apprendre à méditer, faire le point sur une vie parfois bien mouvementée.

Pour quelles raisons as-tu choisi d’enseigner la méditation à des personnes qui ne se disent pas nécessairement bouddhistes et qui viennent apprécier la sérénité et les bonnes énergies de Lerab Ling?

Parce que les instructions de la méditation, qui sont très simples et faciles à mettre en pratique, peuvent devenir une aide réelle pour de nombreuses personnes bouddhistes ou non. C’est toujours un privilège de partager un peu de temps avec tant de personnes parfois extrêmement différentes. En fait, de manière très égoïste, je reçois beaucoup plus que je ne donne et cela me permet d’approfondir mes modestes connaissances de l’enseignement du Bouddha et de rester dans l’ouverture grâce à la fraîcheur de tous ceux qui viennent à nous ici. Je leur en suis extrêmement reconnaissant.

Quels sont tes conseils pour des personnes qui méditent pour la première fois? Posture physique, état d’esprit…

Dans la tradition bouddhiste tibétaine que nous suivons ici, la posture physique met l’accent sur le fait que le corps demeure à l’aise et de manière confortable. Il est tout à fait possible de méditer assis sur une chaise, par exemple. En ce qui concerne l’esprit, c’est difficile à résumer en quelques lignes. Dans la méditation du repos calme « shamatha », nous allons essayer d’arriver à un état de « non-distraction » en appliquant trois points clés: 1) développer l’attention en posant notre attention sur un objet comme le souffle, par exemple ; 2) demeurer conscient et vigilant à tous les stimuli des sens, des pensées et des émotions, ne pas les réprimer sans pour autant tomber dans la distraction ; 3) cultiver une forme de détente spacieuse, d’ouverture.

Existe-t-il plusieurs types de méditation (avec support, sans support…) et/ou différentes étapes dans la méditation?

Shamatha peut être pratiquée avec support en utilisant la respiration, nos différents sens ou même nos pensées et nos émotions. Nous pouvons également, avec le temps et la pratique, lâcher le support et demeurer présent, ouvert et pourtant non-distrait. C’est ce que nous appelons Shamatha sans support.

Comment procèdes-tu pour guider une méditation? Utilises-tu plusieurs mantras ou toujours le même, des citations de Sogyal Rinpoché uniquement ou des citations d’autres maîtres spirituels?

Je me base bien sûr sur les enseignements du Bouddha historique, Shakyamuni et sur Le Livre tibétain de la vie de la mort et les enseignements de Sogyal Rinpoché et des lamas et maîtres spirituels qui nous visitent très régulièrement à Lerab Ling. Les citations du Bouddha, de Sa Sainteté le Dalaï Lama et de nombreux maîtres de notre tradition et d’autres traditions sont citées et je guide parfois des méditations contemplatives en utilisant ces paroles profondes, mais qui peuvent être difficiles à appréhender et qu’il est nécessaire d’expérimenter par soi-même. Nous utilisons également des mantras. Principalement le mantra de Padmasambhava, qui est considéré par les Tibétains comme le second Bouddha et qui a joué un rôle important lors de l’implantation des enseignements bouddhistes au Tibet au VIIIe siècle de notre ère.

Penses-tu qu’on puisse parler de « bénéfices » pour la méditation? Ne serait-ce pas considérer la méditation comme un moyen pour atteindre un objectif? Est-ce que tu as un objectif quand tu médites? Ou une intention peut-être?

La motivation est essentielle. Pourquoi est-ce que je médite? Pour qui ? Il est très important d’établir une motivation pure en début de pratique. Traditionnellement, nous méditons pour le bien de tous les êtres et, en fait, nous faisons également partie de tous les êtres. Durant la pratique, nous essayons de faire de notre mieux afin de garder ce que nous appelons « la vue » qui pourrait être simplement une attitude libre de saisie. Finalement, nous allons dédier cette pratique, ses bienfaits, ses mérites pour le bien ultime de tous les êtres.

Tu pratiques depuis de longues années. As-tu noté des changements (physiques, mentaux, émotionnels…) chez toi au cours de ces années?

Quand j’étais jeune adolescent, mon père m’avait appris à pratiquer zazen. J’en ai ressenti les bienfaits assez rapidement, mais je méditais très peu. Cette petite graine plantée il y a bien longtemps a germé lorsque les difficultés de la vie ne m’ont quasiment plus laissé d’autre choix qu’une recherche intérieure et spirituelle. Je ne me considère absolument pas comme un bon pratiquant. Cependant, malgré cela, je ressens effectivement de grands bienfaits à pratiquer la méditation. Si c’est bon pour moi, je peux imaginer que d’autres personnes également peuvent vivre la méditation comme une expérience transformative.

Est-ce que méditer au quotidien implique une discipline (de fer)? Alors même que la méditation invite à lâcher prise et à ne pas s’accrocher à quelque chose, à une émotion, à une idée…

Est-ce que  manger ou se laver les dents quotidiennement nécessitent une discipline de fer? Je vois la méditation comme une hygiène de vie, une hygiène de l’esprit. Si on en voit les bienfaits, alors ce n’est pas difficile. Cependant, je suis persuadé que le fait de méditer formellement n’est pas tout. Le plus important est d’intégrer ces principes dans notre quotidien. Vous aurez plus de chance de passer une bonne journée si vous êtes attentif et conscient de vos paroles, vos actes et vos pensées, si vous êtes plus ouvert, plus souple face aux circonstances de la vie. Les autres vous en seront reconnaissants aussi… peut-être.

Selon toi, quelles seraient les bonnes raisons pour méditer au quotidien pour des personnes qui connaissent le fameux « métro-boulot-dodo » très répandu actuellement?

Cette vie est extrêmement précieuse. Nous avons de nombreuses libertés qui nous permettent de la vivre pleinement. C’est un choix qui nous appartient. Nous ne vivrons pas éternellement. Regardons un peu autour de nous. De nombreuses personnes sont décédées « au milieu de leur vie », c’est paradoxal, n’est-ce pas? Certains sont malades ou accidentés, d’autres sont sous antidépresseurs, d’autres en fin de vie. Nous avons probablement déjà goûté aux difficultés de la vie nous-même. Alors que faire? Comment agir? Le choix est entre nos mains. Personnellement, c’est cela qui m’incite à pratiquer. Cela fonctionne pour moi. Mais il y a de nombreuses possibilités, soyons inventifs.

Merci Jigmé et merci à vous d’avoir lu cet article!

Dans le prochain épisode (2/3), Frédéric nous fera part de ses réponses. Puis ce sera au tour de Sinsi d’éclairer certains points (3/3).



Choisissez votre formule Still Flowing Yoga Time!

Je propose des séances de yoga en Haute-Garonne (31) et dans les Hautes-Pyrénées (65), chez vous, en solo, avec des amis ou des collègues, dans votre gîte, dans votre entreprise, dans la nature, sous la forme d’un cours (1h15, tapis, zafu et couvertures fournis) ou d’un stage d’une demi-journée (3h). Découvrez les conditions et les tarifs en un clic…

  2 réflexions sur “La méditation bouddhiste tibétaine (épisode 1/3)

Un commentaire? ♥ Any comment?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s